Le BAL

Blog artistique du Lycée Jean Dupuy

Spectacles

Lettres à Nour de Rachid Benzine : correspondance entre un père et sa fille radicalisée

2019 – mardi 19 novembre 2019 à 10h – aux Ateliers du Parvis de Tarbes
T L, T S1, T S4, T ES 1

Par Amandine Rossato et Admin [maj 23/03/2020]

Lettres à Nour est un livre devenu lecture puis pièce de théâtre jouée à Tarbes ainsi qu’à travers le monde depuis quelques années. Son auteur, Rachid Benzine, est islamologue et a décidé – suite au choc de l’attentat-suicide du Bataclan de novembre 2015 – de s’appuyer sur la fiction pour tenter de sensibiliser un maximum de personnes à la problématique de la violence causée par les idéologies meurtrières. Quatre classes de terminale du lycée Jean Dupuy ont découvert ce roman épistolaire mis en voix aux Ateliers du Parvis en novembre dernier.

Quatorze lettres échangées entre un père et sa fille, lues à haute voix dans un décor minimaliste…

Dans un décor minimaliste, le spectacle met en scène la correspondance entre un père musulman et sa fille se radicalisant. Le public assiste à l’évolution des sentiments de Nour, de ses convictions, des arguments qu’elle développe… jusqu’à la prise de conscience de la manipulation dont elle est victime et qui ne peut la conduire que vers le pire après lui avoir promis le meilleur.

Cette tragédie est touchante par ses textes sentimentaux teintés de vérité. Elle permet ainsi de rentrer dans la peau des personnages et, pour la première fois, de ressentir ce que ressentent les personnes ayant les pensées les plus radicales.

Elle nous étonne par la simplicité de la mise en scène, qui aurait, à mon sens, peut-être gagnée à être un peu plus illustrée. Et si au début certains spectateurs n’ont pu s’empêcher de se demander si les acteurs allaient lire les lettres échangées du début à la fin, Lettres à Nour en fin de compte surprend, émeut et captive grâce à la profondeur de ses textes.

De Lettres à Nour à Ne laisse personne te voler tes mots

Ce premier spectacle sur le thème de la radicalisation, proposé par des enseignants d’Histoire-Géographie du lycée Jean Dupuy à leurs élèves, a été suivi d’un échange en bord de scène avec Rachid Benzine.

Pour trois des quatre classes qui ont assisté à Lettres à Nour, la plongée dans le thème de la radicalisation et la question de sa prévention se sont poursuivies deux jours plus tard au lycée avec un second spectacle intitulé Ne laisse personne te voler tes mots, co-écrit par Rachid Benzine et Selman Reda.

Ces deux spectacles sont soutenus par le CIPDR (Comité Interministériel de la Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation) et pour Lettres à Nour – qui est également joué devant des détenus dans des prisons – par la DTPJJ (Direction Territoriale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse).


Photo : Elise Jaunet
  1. Anonyme

    Une œuvre intime qui parle d’amour

    Dans ce spectacle où idéologie et intime s’entremêlent, c’est finalement l’intime qui triomphe. Car le sujet de cette œuvre contemporaine étonnante est aussi et surtout l’amour, de la première phrase prononcée par la talentueuse interprète de Nour au dénouement de l’histoire.

    Après les applaudissements, le silence du public traduit l’émotion ressentie et majoritairement partagée.

Votre commentaire