Le BAL

Blog artistique du Lycée Jean Dupuy

Spectacles

Scènes de violences conjugales : le théâtre documentaire contemporain pour s’informer, comprendre et ne jamais accepter

2019 – mercredi 09 janvier 2019 à 20h30 – au Parvis de Tarbes
1 ES, 1 S1, 1 S2, 1 STI2D EE, 1 STD2A

Par Admin [maj 21/03/2019]

Le 9 janvier 2019, 81élèves du Lycée Jean Dupuy, dont la classe complète de 1 S1 de Mme Baseilhac –enseignante de Lettres – ont assisté en soirée au Parvis au spectacle Scènesde violences conjugales, une bouleversante pièce de théâtre contemporainemise en scène par Gérard Watkins. Recueil de quelques témoignages et critiques :

Marion S

Dans Scènes de violences conjugales, Gérard Watkins s’attaque à un véritable phénomène de société : les violences que subissent certaines femmes alors que celles-ci tentent simplement de vivre leur présent et de construire leur avenir.

Sur scène une percussionniste et quatre personnages : deux couples, issus de deux générations et de classes sociales différentes. A travers eux, le public vit l’installation insidieuse de la violence sous toutes ses formes : verbale et physique mais aussi psychologique. Et leur montée en puissance.

Dans un décor rudimentaire, on assiste à des disputes incessantes, annoncées ou accompagnées d’une musique grinçante, parfois insupportable. Ainsi qu’à des colères explosives, à des pressions et à des manipulations, dont les conséquences sont dramatiques pour les victimes : perte de l’estime de soi, étouffement de son caractère et de son esprit critique… Certaines scènes sont volontairement choquantes : le spectateur doit encaisser tout ce qui lui est donné de voir et prend véritablement conscience de l’extrême gravité de ces situations.

Comment ne pas être détruite ? Comment se reconstruire ? Comment recommencer à vivre après avoir été détruite et anéantie ? Telles sont les questions que je me suis posées en sortant bouleversée de la salle de spectacle. Comment et pourquoi certains hommes sont-ils aussi violents ? Comment trouver le sommeil en sachant que des femmes vivent cette oppression au quotidien et qu’une femme meurt sous les coups de son mari ou de son compagnon tous les trois jours en France au XXIe siècle ?

Cette brillante pièce est jouée par des comédiens qui provoquent l’empathie du spectateur et poussent à la réflexion aussi loin que l’emprise psychologique des oppresseurs sur ces femmes.

Lucie B

Pour traiter le difficile thème des violences conjugales, Gérard Watkins a choisi de réunir dans un décor sobre et unique quatre personnages : un couple de jeunes, issus de milieux populaires  et un couple de quarantenaires, plus aisés et « installés » dans leur vie professionnelle.

J’ai trouvé le sujet très bien abordé car même si les violences conjugales ne me concernent pas, les personnages ont réussi à me transmettre leurs émotions. Pendant la représentation, j’étais profondément touchée et je m’identifiais à eux. Les scènes qui m’ont le plus émue sont la première fois que Lyam s’emporte démesurément au sujet de l’emplacement du canapé ainsi que la scène de la mayonnaise. Ici, pas question de violence physique mais bel et bien de violence psychologique : le personnage de Lyam, tout comme celui de Patrick, s’emporte à l’extrême pour une futilité. Le plus choquant dans ces scènes est de s’imaginer que des personnes puissent réagir de la sorte dans la vraie vie. Ces scènes m’ont procuré pitié pour ces femmes, incompréhension et peur.

La question du suivi psychologique en fin de pièce est également bouleversant car elle véhicule un message important : les victimes ne sont jamais coupables de ces violences et sont dans la plupart des cas victimes de tortures psychologiques qui sont croissantes. Cela ne fait pas d’elles des personnes faibles ni stupides.

Si j’avais le pouvoir de montrer cette pièce qui est une parfaite illustration de la réalité à mon entourage, je le ferais sans hésitation car il me semble que pour limiter ces drames, il faut en parler, s’informer et éduquer…

Le théâtre documentaire  est un excellent moyen de le faire !

Photo : Antonia Bozzi

  1. Camille S

    Au départ, cette pièce ne m’a pas vraiment plu. Puis à force d’y penser, elle a fini par faire partie de moi. C’est une pièce très dure à encaisser car on ne se rend pas forcément compte mais de nombreuses personnes subissent ces violences chaque jour. Beaucoup de personnes, que l’on pourrait qualifier de bourreaux, sont malades, comme Liam et Pascal. Nous pouvons tous tomber sur des personnes comme elles, ce qui m’attriste et me bouleverse beaucoup. Jamais je n’accepterai ne serait-ce que le début d’une première manifestation de violence, que je sois victime ou témoin.

  2. Lilian G

    Scènes de violences conjugales présente un thème très grave de la société actuelle : les violences au sein du couple et la rapidité de leur évolution. La violence psychologique est traitée à travers le personnage de Pascal, pervers narcissique. Petit bourgeois quadragénaire, il harcèle sans cesse Annie et la détruit de l’intérieur.

    Ce spectacle m’a ému et profondément touché. Je m’interroge sur le lien entre type de violence et classe sociale dont on provient. Il me semble que plus le rang social est élevé, plus la violence est morale et touche la psychologie de la victime.

    Que la violence soit physique ou psychologique, elle reste une violence inacceptable. C’est pourquoi je pense qu’il est indispensable d’éduquer les nouvelles générations, pour lutter contre ce fléau. Et ainsi le nombre de victimes diminuerait.

  3. Lola L

    Le choix de l’auteur, d’exposer en premier lieu la rencontre puis les débuts de la vie de couple et enfin la progression de l’installation de la violence, d’abord verbale puis physique, nous permet de comprendre la difficulté pour les victimes de quitter cette emprise.

    Les scènes auxquelles le public assiste sont brutales. L’auteur a semble-t-il fait le choix de ne pas atténuer la réalité subie par les victimes de violences conjugales.

    La pièce se termine sur un message d’espoir. Les victimes se pensant enfermées ont une issue : fuir, en parler à leur entourage et se faire aider par des professionnels, notamment des médecins psychiatres. Cette partie sur le suivi des victimes une fois l’emprise quittée est certes importante mais m’a parue trop longue.

    Au-delà de ce sentiment de lassitude, je garde un sentiment très positif : j’ai beaucoup aimé cette pièce dont la fonction est plus informative que divertissante. La grande qualité de la mise en scène de Gérard Watkins et le très beau jeu de ses talentueux acteurs ont su me toucher. A voir.

  4. Morgane P

    En mettant en scène deux couples de générations et de classes sociales différentes, de leur rencontre jusqu’au drame, Scènes de violences conjugales dénonce la violence dans le couple et permet de comprendre ce que certaines femmes, victimes de violences physiques et psychologique, traversent.

    Impossible avant le spectacle d’imaginer que de banales situations du quotidien puissent dégénérer de la sorte et que de telles scènes se produisent dans la vie réelle !

Votre commentaire