2018 mardi 06 novembre – mercredi 07 novembre – au Parvis de Tarbes T STD2A

Hamlet est l’une des pièces les plus célèbres de Shakespeare ; elle a été adaptée par de nombreux metteurs en scène. Benjamin Porée porte un regard nouveau sur cette œuvre et la revisite avec succès.

Une pièce contemporaine

Le metteur en scène apporte par l’écriture et par la mise en scène un nouveau regard sur les personnages. L’histoire est presque identique à l’originale : Hamlet est le fils du roi du Danemark et de sa femme, la reine Gertrude. Le frère aîné du roi, Claudius, lui succède sur le trône à sa mort. Il décide même de se marier avec la mère d’Hamlet, Gertrude.Cependant, le spectre du souverain défunt apparaît une nuit à Hamlet afin de lui révéler qu’il a en réalité été empoisonné par Claudius. Parallèlement, Hamlet est fou amoureux d’Ophélie,fille du conseiller du roi. Il va tenter de se venger de son oncle,mais sera partagé entre son désir de vengeance,et sa volonté d’une vie tranquille aux côtés d’Ophélie.

L’adaptation de cette pièce donne un ton plus actuel à la représentation. Le texte utilisé n’est pas celui de Shakespeare : il a été complètement réécrit et propose une lecture contemporaine d’Hamlet. Plusieurs détails de l’histoire ont été approfondis voire réadaptés, ce qui donne un nouveau souffle et une nouvelle portée à l’œuvre. Des thématiques intemporelles traitées avec sensibilité permettent de toucher un plus large public. La pièce va mettre en scène cette tragédie de famille avec sensibilité et émotions, et aborder des questions sensibles et toujours actuelles telles que la foi, la religion, et l’interdit – en l’occurrence le suicide.

Une mise en scène en deux mouvements : filmique, puis théâtral

Nous somme tout d’abord happés par ce grand écran qui diffuse, durant la première heure de représentation, une projection cinématographique qui plante le décor et le contexte de la pièce, filmée en dehors du théâtre. On y voit les comédiens, qui plus tard rejoindront la scène, au plus proche de la caméra. Le début de l’histoire se déroule donc sur cet écran, où les grandes lignes de l’intrigue sont expliquées au spectateur. Ce dernier est ainsi invité dans une adaptation résolument contemporaine et actuelle, mais également dans une rêverie vaporeuse et irréelle qui imprègne toute la pièce de Benjamin Porée. Ce grand écran nous invite à prendre plus de temps pour prêter attention aux émotions traduites sur les visages des comédiens.

Une fois que la pièce débute sur scène, la caméra demeure tout de même présente et permet au spectateur d’être au plus près des comédiens, et de pouvoir assister à deux actions simultanées et intimes à la fois. De la même manière, la pièce est présentée de sorte à laisser le spectateur côtoyer l’irréel, en articulant le spectacle dans une réalité spatio-temporelle floue et éclatée.

Des personnages revisités avec brio

Benjamin Porée apporte un regard nouveau sur les personnages et prend avec eux plus de liberté. Leurs caractères, leurs angoisses et leurs émotions sont travaillés avec précision, approfondis et étudiés avec intelligence. De cette manière,les comédiens font preuve d’un jeu théâtral et cinématographique exceptionnel. À l’écran, ils expriment à merveille les émotions qui traversent le visage des personnages qu’ils interprètent, avec une caméra qui met en valeur la justesse de leur interprétation. Sur scène, ils réussissent à imposer leur présence et à capter toute l’attention du public. On peut notamment assister à des envolées du personnage de Claudius,l’oncle d’Hamlet, dont l’interprète exalte la folie à merveille.Plus intéressant encore, le personnage d’Hamlet pense sur le plateau, devant nous, s’exprime à travers le théâtre,…Il nous est montré toute la diversité et toute la complexité de ce personnage en proie à de violentes interrogations sur son existence et son identité. Le titre de la pièce, qui est en réalité un vers du poète Vladimir Maïakovski, explique très bien cette idée :« Il nous faut arracher la joie aux jours qui filent ». On voit ici la volonté d’Hamlet de lutter avec le tumulte de l’existence.

« Hamlet est une pièce sur la pensée intérieure », explique Benjamin Porée. « Une réflexion sur le temps et la mort, sur la survie, tant de l’âme, que du corps, du rêve. Me reste, après lecture(s), l’image d’un tombeau ouvert, le tombeau du Père, mais aussi du Fils, de nous-mêmes, de nos pensées. Hamlet est un être du temps, il parle à travers le théâtre, il pense sur le plateau, là, devant nos yeux et sa voix est une Histoire qui nous contient tous. ».


Lila DOUSSON