2018 Lemaitre, Pierre. Au revoir là-haut. Albin Michel, 2013. 570 p.
tous publics

Au revoir là-haut est un roman de Pierre Lemaitre paru en 2013. Plusieurs fois primé, il fait le récit de la vie deux hommes, deux anciens poilus de la Première Guerre mondiale qui se sont rencontrés sur les champs de bataille dans des conditions macabres. Édouard Péricourt, fils de la haute bourgeoisie, passionné par le dessin et rejeté par son père, sort de la guerre mutilé après avoir été touché par un obus les derniers jours de combat, alors qu’il venait de sauver la vie d’Albert Maillard, un de ses compagnons. Dès cet instant se tisse entre les deux hommes un lien indéfectible qui continuera de les unir après la fin de la guerre et les entraînera dans l’élaboration d’une formidable escroquerie tout droit sortie de l’imagination d’Édouard.

Un roman réaliste porté par une écriture dynamique

Pierre Lemaitre adopte dans ce roman réaliste un style très singulier. Il fait entrer le lecteur dans la tête du personnage ce qui offre au récit une grande profondeur et beaucoup de dynamisme… nous sommes tout simplement transportés dès la première ligne dans la France bouleversée et  exubérante des années 1920 ! Le récit est d’un réalisme saisissant.

Des personnages émouvants

Toutefois, bien que l’auteur soit resté très fidèle à la réalité la période dans laquelle il nous replonge brillamment, il n’en a pas pour autant négligé l’esthétique de son roman. Les personnages, de par leurs défauts (qui tournent parfois même à l’anomalie) sont particulièrement attachants… ou complètement détestables ! Quoiqu’il en soit, aucun ne laisse le lecteur indifférent. Le personnage d’Edouard, prodigieusement fou, amène par exemple à l’histoire une dimension humoristique ; alors que le personnage d’Albert, lui, insupportablement nonchalant mais aussi médiocre et pathétique, inspire inévitablement la pitié.

Pierre Lemaitre mêle donc avec brillo l’aspect didactique et l’aspect divertissant qui font de son roman un réel chef-d’œuvre dont on ne se lasse pas un instant ! C’est bien cet équilibre entre le réalisme pénétrant, le dynamisme de la narration et l’émotion suscitée qui fait d’Au revoir là-haut un récit particulièrement captivant.